muslimhate

HORTEFEUX CONDAMNE L'ISLAMOPHOBIE ET L'ISLAMISME (France)

La France est "une République laïque qui doit protéger l'ensemble des cultes" a déclaré dimanche le ministre de l'intérieur, rappelant qu'en France existent 2.368 lieux de cultes musulmans.

06/12/2009 - Interrogé sur la votation suisse "anti-minarets", le ministre de l'intérieur et des cultes Brice Hortefeux a rappelé dimanche 6 décembre sur Canal+ que la France était "une République laïque qui doit protéger l'ensemble des cultes", précisant que cette république devait "condamner à la fois l'islamophobie et l'islamisme radical". En France, existent 2.368 lieux de cultes musulmans recensés, allant de la simple salle de prière à la mosquée. Parmi eux, 64 mosquées ont des minarets, dont sept sont "élevés", a-t-il dit. Il a alors souligné que la construction de minarets "n'est pas une obligation religieuse", argumentant que certaines mosquées en sont dépourvues en république islamique d'Iran.

"Le débat sur l'identité, n'est pas la question de l'immigration, même [elle] en fait partie"

Brice Hortefeux a ensuite affirmé se reconnaître dans le discours du maréchal Lyautey, lors de l'inauguration de la grande mosquée de Paris en 1922, qui avait déclaré : "quand s'érigera le minaret que vous allez construire, il ne montera vers le beau ciel de l'Ile-de-France qu'une prière de plus dont les tours catholiques de Notre-Dame ne seront pas jalouses". En France, la construction d'une mosquée relève des élus locaux, mais le ministre a souligné à ce propos que les instances régionales du Conseil français du culte musulman étaient des "lieux qui permettent le débat entre les collectivités et les instances musulmanes".

A 57,5%, les Suisses ont approuvé le dimanche 29 novembre l'interdiction de construction de minarets, lors d'un référendum tenu à l'appel de la droite populiste. Cette votation a eu lieu au moment où, en France, était lancé par le gouvernement français le débat sur "l'identité nationale". Brice Hortefeux a estimé, alors que ce débat controversé tourne largement autour de l'immigration, à quelques mois des régionales, que " le débat sur l'identité, ce n'est pas la question de l'immigration, même si l'immigration en fait partie". "Ce débat sur l'identité doit servir à renforcer la cohésion de notre société", a-t-il ajouté.
Nouvel Observateur

RSS feed
Suggestions et commentaires à: francais@icare.to